…il n’est qu’un peintre qui, avec les possibilités infinies que laissent les moyens minimaux auxquels il se limite, parvient à ne jamais faire deux fois le même tableaux, à nous faire sentir l’abîme de l’unique dans ce qui est presque semblable.

Jean Frémon sur l’œuvre de Robert Ryman

@